La Méthode Enelph

Mis à jour : janv. 5

Ce texte m'a été transmis par le Groupe Enelph.

Je suis formée depuis de nombreuses années et vous pouvez en bénéficier en vous rendant sur la page rendez-vous du site afin de choisir VOTRE moment.


La Méthode Enelph est une "nouvelle" technique de guérison qui a commencé à être pratiquée au printemps de 1997.

Elle fait partie d’un vaste ensemble d’aide à l’éveil de conscience sur la planète par des Etres en provenance d’autres dimensions. Nombreux sont ceux qui appellent ces êtres des Guides.

L’Equipe de Guides qui s’est annoncée pour nous apporter cette méthode s’est présentée à moi (Sylvain du Boulay) sous le nom ENELPH par l'intermédiaire de Phoebe Lauren qui a servi de canal.

La prise de contact a demandé un certain temps, car ceux qui sont appelés à pratiquer cette méthode doivent être progressivement « activés » au niveau cellulaire.

Il a donc fallu commencer par placer cette énergie chez un être humain (Sylvain du Boullay) et l’affiner progressivement en fonction de ses comportements, de ses réactions et de ses vibrations.

Il s’agit d’un travail subtil qui s’est précisé progressivement au fil des années.

En fait, Sylvain a pu observer qu'il a été utilisé comme pionnier et praticien de la méthode pendant plus de cinq ans avant que d'autres personnes puissent être formées à leur tour. Mais aujourd’hui, grâce au travail effectué, ceux qui sont formés à la méthode peuvent être opérationnels immédiatement, sans avoir besoin de passer par le processus que Sylvain a vécu à cette époque.

Donc au départ, le « travail » de réception a été fait par deux personnes, un homme et une femme (Sylvain du Boullay et Phoebe Lauren). Le 11 novembre 1996, Sylvain était allé voir Phoebe près de Pont-l'Evêque dans le Calvados.

Au cours de la soirée, Phoebe s'est sentie pressée d'écrire et a commencé à recevoir une information qui allait se développer par la suite.

Voici ce que Phoebe a écrit aux côtés de Sylvain ce soir-là :

(Transmission) 11 novembre 1996 à 22 heures Le Mesnil sur Blangy (Calvados)

" Comme le tonnerre dans le ciel de la nuit noire,

j’arrive après avoir parcouru des distances invisibles

pour apporter un message d’espoir et d’amour

sur une planète blottie dans le noir."

Question : "Puis-je connaître ton nom, mon ami ?"

"Je suis ENELPH - 2éme niveau de dirigeants, Galaxie Divine 708, Section des ouvriers interplanétaires de la paix. Tu peux m’appeler ENELPH, simplement."

Question : "Quelle est ta mission ou ton message ?"

Je viens avec la connaissance de BABA, comme il a été prédit en « d’autres non-temps », plus connus sous le nom de rêve en termes terrestres. Mon message s’adresse à l’être identifié sous le nom de Sylvain dans cette incarnation."


Sylvain,

" Tu as conscience du cercle de lumière d’or que tu as tenu dans tes mains avec beaucoup de bienveillance, un soir, il y a quelque temps, sur la propriété du sud de ton pays. Ce cercle de lumière a placé notre énergie et notre conscience sur la Terre. Nous voudrions t’en remercier et te demander maintenant si tu serais disposé à apporter davantage de notre énergie sur Terre. Tu sais, il y en a grand besoin et nous constatons que peu d’êtres terrestres sont capables de faire ce travail qui nous est nécessaire. Bien entendu, ce travail dont tu es capable ne représente qu’une infime partie d’un plan beaucoup plus vaste.

" Si tu es d’accord, nous viendrons pendant ton temps de rêve et travaillerons. En termes terrestres, cela prendra exactement huit jours et huit nuits. A ton réveil, il sera bon pour toi que tu prennes des notes qui pourront servir ensuite.

" Merci,

" Enelph "

La référence au "cercle de lumière d'or" que Sylvain a tenu dans ses mains concerne une soirée près de Perpignan deux ans plus tôt où Sylvain avait été convié à une sorte de rendez-vous sur les terres d'un mas, mais il n'avait pas eu conscience de quelque chose de particulier.

Ensuite, les guides nous ont donné une certaine information concernant le travail d'aide à la planète terre en provenance d'autres dimensions. Mais ce n'est que six mois plus tard, en avril 1997 qu'a été faite la mise au point du premier soin de base de la Méthode, alors que Phoebe était venue chez Sylvain à Paris. Comme il avait été dit six mois plus tôt, c'est en une semaine que le soin de base a été mis au point par une collaboration entre l'équipe Enelph, Phoebe et Sylvain. Le "travail" physique a été effectué par Sylvain sur Phoebe qui jouait un double rôle. Phoebe était à la fois "la ligne téléphonique" qui permettait de recevoir l'information, tout en étant la première personne à recevoir un soin par l'intermédiaire de Sylvain.

Il est important de noter que l’équipe ENELPH s’est présentée comme une équipe « d’artisans interplanétaires de la paix ». Le but ultime de ces soins énergétiques est de contribuer à l’établissement de la paix et de l’harmonie intérieures chez les individus, pour que cela se manifeste ensuite à l’extérieur.

Le rééquilibrage est holistique, c’est-à-dire qu’il s’opère simultanément aux niveaux physique, émotionnel, mental et spirituel (la pensée). Ces quatre niveaux sont en interconnexion, et l'impact est toujours « global », c’est-à-dire qu’il affecte tous les plans de l’être, même dans les cas où le patient ne verrait que la disparition d’un ou plusieurs symptômes particuliers.

En fait, c’est une méthode très « physique ». Elle accueille totalement l’être humain dans son incarnation actuelle, avec ses mémoires, son chemin d’évolution et le corps qu’il s’est choisi pour son expérience terrestre d’aujourd’hui.

Au cours de ces dernières années, la méthode s’est affinée et a beaucoup gagné en précision de guérison. Cela montre à quel point nous participons tous à un gigantesque « travail » d’éveil de conscience, où nous jouons des rôles nécessaires et « planifiés » avec soin par le Plan Général de l’Esprit à l’œuvre dans le monde. Ce point est important pour l’évolution et l’efficacité de la Méthode Enelph. L’accroissement du nombre de praticiens qui pratiquent la Méthode a un effet multiplicateur sur la portée de ce travail. L’interconnexion entre les vibrations individuelles devient de plus en plus forte. Le travail en groupe, ou à plusieurs en conscience, devient de plus en plus efficace.

2. Rôle de la colonne vertébrale

La colonne vertébrale est la partie du corps la plus réceptive. En réalité, elle est le récepteur énergétique de l’information non physique. Il y a dans la colonne vertébrale des récepteurs qui réagissent directement aux transmissions d’énergie qui arrivent sur le plan physique en provenance d’autres dimensions. Tous les êtres vertébrés reçoivent en permanence cette énergie par le haut de la tête – le chakra coronal, ou septième chakra.

Ces transmissions viennent de la Source, par laquelle l’ensemble de la Vie se maintient. Cette Source est tout amour et toute lumière. On peut donc dire que les êtres humains sont des récepteurs de l’énergie de vie transmise en permanence à la terre par la Source de toute création.

Lorsqu’ils se trouvent dans leur état pur, les êtres humains sont à même de recevoir l’information qui leur est transmise par le sommet de la tête. L’information est alors dispersée dans le reste du corps par la colonne vertébrale. L’énergie qui n’est pas utilisée, c’est-à-dire absorbée par le corps physique, ressort pour aller dans l’éther – dans le monde relationnel.

A la naissance de son corps, un être humain a une structure vertébrale propre, complète et pure. Lorsqu’il grandit, il se produit des perturbations émotionnelles et physiques. Cela crée des déséquilibres dans la structure de son corps, qui sont renvoyés dans sa structure vertébrale. Tout ce dont l’organisme physique fait l’expérience est réfléchi quelque part dans le corps, et la majeure partie se loge dans le fourreau de la colonne vertébrale.

Par exemple, un enfant court et tombe en se tordant légèrement la cheville. Il s’en remet immédiatement et continue à marcher sans difficulté. Néanmoins, le traumatisme de cet instant est enregistré quelque part dans le corps – bien sûr d’abord dans le pied – puis il parcourt le système nerveux et se dépose le long du fourreau de la colonne vertébrale, dans l’un de ses coussinets d’énergie. Et la vie continue.

Lorsque les coussinets d’énergie se remplissent de traumatismes plus ou moins forts vécus par un individu dans son corps et son esprit, ils se saturent. L’énergie qui devait irradier en descendant le long de la colonne vertébrale est alors bloquée. A mesure que les coussinets d’énergie se saturent, il y a de moins en moins d’énergie qui peut passer dans le système physique. Cela crée des maladies et des dysfonctionnements, et cela diminue aussi la quantité d’énergie de vie disponible pour passer à l’extérieur, dans le monde relationnel.

Toute maladie, quelle qu’elle soit, et tout dysfonctionnement physique, émotionnel ou mental, a son origine dans l’esprit. Et c’est à ce niveau que la véritable guérison a lieu.

La Méthode Enelph, comme tout autre travail visant à une certaine guérison, a donc une portée apparemment limitée, car un individu a toujours l’entière liberté de décider au fond de lui-même ce qu’il veut vraiment à un instant donné. Quelqu’un ne peut être guéri sans sa volonté profonde, c’est-à-dire sans que cela soit le meilleur pour lui à un instant donné. Et seule son « âme » sait ce qui est le meilleur pour lui à un instant donné.

Néanmoins, un patient qui décide de recevoir un ou plusieurs soins Enelph, pose un acte volontaire pour une certaine évolution de sa personne. Il s’ouvre à une aide apparemment extérieure pour effectuer un changement intérieur. Le patient est donc toujours responsable de sa propre guérison. Il en est réellement l’artisan. Et son ouverture au praticien est un point fondamental qui favorise cette guérison. En fait, le praticien n’agit que comme catalyseur momentané, même si son action a bien souvent des résultats visibles très concrets.

3. But de la méthode Enelph

Le but de la Méthode Enelph est de permettre au corps de remettre en action son propre potentiel d’auto guérison. Ce potentiel ne quitte jamais la personne, mais il est très souvent amoindri par les peurs et les traumatismes qui ont été reçus depuis l’enfance ou qui proviennent d’autres vies.

Le praticien qui traite par la Méthode Enelph utilise sa propre énergie de vie pour canaliser une énergie puissante et subtile : l’énergie Enelph. Bien entendu, cette énergie spécifique fait partie intégrante de toute l’énergie de l’Univers, qui est Une dans son essence. Néanmoins, dans notre espace spatio-temporel à trois dimensions, l’énergie Enelph est bien particulière. Mise au point par un groupe de guides désirant aider à l’évolution consciente de notre planète, elle nous permet aujourd’hui d’accéder à de nouvelles guérisons qu’il ne nous était pas possible d’atteindre auparavant.

On peut dire que la Méthode Enelph nous apporte une nouvelle technologie en provenance de ce que certains appellent « les Médecins du Ciel ». Cette « technologie » est transmise aux praticiens qui pratiquent la Méthode.

La transmission se fait au cours des formations à la Méthode, mais aussi au cours du travail effectué par le praticien. Voilà pourquoi il est toujours conseillé à ceux qui reçoivent la Méthode de faire autant de soins que possible après le court temps de leur formation, ou du moins de pratiquer le travail à distance. Néanmoins, un praticien formé à la Méthode Enelph fait toujours d’excellents soins immédiatement après sa formation. C’est un peu comme une école de musique qui formerait des virtuoses. A la sortie de l’école, les virtuoses jouent déjà merveilleusement bien, mais ils s’amélioreront encore tout au long de leur vie !

Très simplement, le but de la Méthode Enelph consiste à effectuer un rééquilibrage aussi profond que possible chez une personne. Ce rééquilibrage est fondamental, car il créé un espace indispensable à toute guérison réelle et durable. On peut dire qu’un soin effectué selon la Méthode Enelph comporte quatre phases distinctes, plus ou moins simultanées .

1. Placement de l’Energie Enelph

Lors d’un soin, l’énergie descend à la fois dans le corps du praticien et dans le corps du patient. Cette descente s’effectue par l’intention du praticien. Il est donc important que le praticien se « centre » et se détende avant chaque soin.

2° Circulation de l’énergie

Par des gestes doux et lents, le praticien fait circuler l’énergie dans le corps du patient. Il est «guidé» d’instant en instant dans ses gestes. Ceux-ci peuvent être plus ou moins lents, plus ou moins appuyés et se porter sur des points particuliers ou, au contraire, rester très «enveloppants».

3°Effacement de mémoires

Cette phase se produit toujours au cours d’un soin. Cependant, elle est rarement perçue par le praticien ou par le patient. Notons simplement que les traumatismes provenant de vies antérieures sont plus généralement logés dans le haut du fourreau de la colonne, vers la base du cou et au-dessous. Aussi, lorsque le praticien est conduit à insister sur cette zone, il se produit souvent des phénomènes chez le patient qui indiquent assez clairement un travail sur une ou plusieurs vies antérieures.

4° Rééquilibrage général

Cette phase est elle-même le but d’un soin Enelph. Notons que le praticien et le patient prennent généralement conscience de ce rééquilibrage à la fin d’un soin, ou juste après. Il y a comme un ressenti d’un travail bien fait, de la disparition d’un poids ou le sentiment d’être dans un grand état de paix.

L’action de la Méthode Enelph n’a pour ainsi dire pas de limites. Elle agit sur tous les plans de l’individu. Beaucoup de patients et de praticiens posent des questions sur les possibilités réelles de la Méthode. Disons que celles-ci sont potentiellement illimitées, mais les manifestations dans la forme dépendent toujours des croyances profondes de chaque individu. Les résultats visibles et invisibles de la Méthode restent toujours limités au chemin de vie hautement « personnalisé » de chaque patient. En clair, cela signifie que personne ne peut guérir contre sa volonté profonde.

Notons aussi que la Méthode Enelph ne cesse d'évoluer. En 2018, une nouvelle phase est en cours. Les guides Enelph l'appellent la phase 2. C'est Phoebe qui est utilisée pour sa mise au point et sa propagation. Elle touche à des dimensions très "cosmiques", reconnectant l'individu à des dimensions "élevées". Nous n'avons pas d'autres termes pour nommer ces dimensions. C'est nouveau, donc ce n'est pas qualifiable.

9 vues